Lecture: la phonomimie

 

olyvia-a-en-miroir

C’est sans doute l’aspect le plus connu de la Pédagogie JQR: la phonomimie.

Il s’agit d’une gestuelle créée par Augustin GROSSELIN (1800-1870), pour faciliter l’apprentissage de la lecture, tant du côté de l’enseignant que de l’enseigné. Celle-ci a d’abord été créée pour ses enfants, puis pour les « salles d’asile » (ancêtres de nos maternelles), puis, effet imprévu à l’origine, pour l’enseignement simultané des sourds et des entendants.

La phonomimie de Augustin GROSSELIN fut Médaille d’Or aux expositions universelles de 1889 et 1900. En 1900, en effet, les écoles de la Ville de Paris utilisaient la phonomimie.(1: voir illustrations en fin d’article)

Marie-Brigitte LEMAIRE  reprit la phonomimie de Grosselin dans la Pédagogie Jean qui Rit, gardant intégralement sa structure (gestes, histoires), mais actualisa les visages et les prénoms des enfants.

« L’idéal d’une méthode d’enseignement pour le premier âge de la vie, c’est d’y faire concourir l’ouïe, la vue et le toucher »        (Augustin GROSSELIN)

De nos jours, on dit que la mémoire est visuelle, auditive et kinestésique. Chez chacun d’entre nous, l’une est prépondérante, les deux autres viennent en « renfort ». Avec JQR, les trois formes de mémoire sont sollicitées, ce qui permet aux enfants apprenant au moyen de la phonomimie de ne pas être en difficulté.

 

(1)      Illustrations:                    grosselin couverture 1          grosselin couverture 2

%d blogueurs aiment cette page :