dictée sans crayon12

« Associer l’activité musculaire à l’effort intellectuel, c’est abolir l’antagonisme qui, pour l’enfant, oppose son désir de connaître à son besoin de bouger; c’est favoriser son développement harmonieux; c’est faire du corps l’instrument de l’esprit ». (Hélène Lubienska de Lenval)

 

Dictée muette ou dictée sans crayon ?

Voilà des expressions curieuses  qui semblent réservées aux initiés! Il s’agit de deux exercices bien différents.

Chez Jean qui Rit, on parle de « dictée sans crayon« . Il s’agit de l’utilisation du matériel appelé autrefois « petit imprimeur », car il se présente sous la forme d’une pochette de lettres mobiles, rangées par ordre alphabétique.

L’enfant reçoit cette pochette au début de son apprentissage de la lecture, cette pochette est vide au départ. On lui donne progressivement les lettres qu’il apprend et qu’il sait lire. Dès lors, on peut commencer la dictée.

– Écoute: on dit la lettre à écrire. L’enfant écoute.

– Fais le geste: tous les enfants font le geste, ce qui permet à l’enseignant de voir tous les enfants faire le geste, et donc vérifier la justesse. (Pour mémoire, les cartes de phonomimie sont toujours affichées en classe, l’enfant n’a qu’à y jeter un œil s’il n’est pas très sûr de son geste).

-Pose la lettre: l’enfant choisit la lettre dans sa pochette et la pose sur la table devant lui.

-Lis ce que tu as écrit: l’enfant lit à voix haute ce qu’il a écrit et se corrige de lui-même en faisant les gestes s’il s’est trompé.

Dès que l’enfant possède assez de lettres dans sa pochette, on peut commencer la dictée de mots, sur le même principe: écoute, fais les gestes, pose les lettres, en veillant à ce que les enfants fassent les gestes et posent les lettres dans le bon ordre et les disposent alignées de gauche à droite. Cet exercice permet à l’enfant un exercice d’écriture centré sur le sens et non sur la calligraphie, qui peut venir un peut plus tard si l’enfant n’a pas encore la maturité neurologique pour la tenue fine du crayon, ou simplement pour ne pas cumuler deux exercices compliqués en un seul! La gestuelle permet cette activité physique dont parle Hélène Lubienska.

La dictée sans crayon est donc un exercice de classe, tous les élèves ensemble, ou en individuel si on fait l’école à la maison. J’ajoute que c’est un exercice en général très aimé des enfants !

La dictée muette utilisée en pédagogie Montessori est un exercice individuel, pour que les enfants puissent travailler « tout seul » . Cet exercice a été créé par Hélène Lubienska de Lenval, à une date que l’on pourrait situer autour des années 1950, bien qu’on n’ait pas de date exacte.

lettres montessoriDans un premier temps, l’enfant apprend à reconnaître le tracé des lettres en même temps qu’il en mémorise les sons, grâce aux lettres rugueuses. Après cette étape, l’enfant dispose de lettres mobiles rangées dans une boîte, et de cartes sur lesquelles sont dessinés des objets qu’il peut écrire à l’aide des lettres dont il a appris les sons grâce à l’exercice des lettres rugueuses: l’enfant apprend à reconnaitre le tracé en même temps qu’il mémorise le son, puis, avec les sons mémorisés, il apprend à écrire seul des mots simples: il va du mot parlé à l’écriture. Hélène Lubienska insiste pour que le casier à lettres soit assez loin du tapis où l’enfant travaille, pour obliger l’enfant à aller chercher chaque lettre une par une: les allées et venues l’aident à se concentrer dans son travail et à se mouvoir doucement et calmement dans la classe. Chez Montessori, on ne demande pas à l’enfant de relire sa dictée. C’est l’enfant lui-même qui va à son rythme et va entrer dans la lecture par l’écriture.

dictée muette Montessori

La finalité de l’exercice est exactement la même que pour la dictée sans crayon: il s’agit de découvrir le sens de l’écrit à partir des éléments de base du code sonore et leur correspondance graphique.

Cet exercice est présent dans toutes les classes Montessori, puisque Hélène Lubienska était grande amie de la Doctoresse. Les classes Montessori n’utilisent pas la phonomimie de Grosselin, mais seulement les lettres rugueuses, que les enfants suivent avec leur index. Certes, il y a mouvement, il y a mémoire du geste, mais c’est seulement la mémoire de la graphie qui fait mémoriser le phonème; chez Jean qui Rit, celui-ci est mémorisé grâce à un prénom et une histoire résumée dans un geste. Qui plus est, en matière de mémoire graphique, Jean qui Rit travaille d’abord « en grand », dans l’espace par l’écriture chantée et rythmée héritée de Madame Théa Bugnet, et donc la mémoire corporelle est davantage sollicitée qu’en motricité fine dans le suivi du tracé des lettres rugueuses. Par contre, Jean qui Rit n’utilise pas habituellement les lettres rugueuses, ce qui peut être un « plus » pour certains enfants plus kinesthésiques que visuels.

L’exercice des lettres rugueuses a pour objet de mettre en corrélation les sons des lettres tracées au doigt avec les sons de la langue parlée, on ne parle pas encore de lecture. Chez Montessori, l’écriture précède la lecture. L’enfant écrit avec les lettres mobiles, plus tard il écrira au tableau ou sur une ardoise. Hélène Lubienska a adapté l’exercice à la langue française qui, à la différence de l’italien, comporte 36 sons pour 26 lettres . L’apprentissage montessorien, par les dictées muettes dissocie écriture et lecture et propose des mots qui s’écrivent comme on parle. Il permet d’aborder simultanément des notions qu’en lecture on aborde de manière échelonnée afin de ne pas accumuler les difficultés comme les syllabes inversées: « co » et « oc », « lo » et « ol » par exemple, que l’on retrouve dès les premières dictées muettes.

Quelque soit la méthode choisie, il importe de mettre l’accent sur l’écoute.

Hélène Lubienska fait précéder l’apprentissage des lettres par de nombreux exercices de phonétique: elle fait découvrir aux enfants les sons qu’ils émettent avec leur bouche, leur nez, leur gorge, leur langue, sous forme de jeux variés.

C’est en effet par la conscience du phonème et par l’oreille qu’on peut faire cette discrimination auditive qui permet de lire ou d’écrire les lettres dans le bon ordre, et donc d’éviter le mélange qui conduit à la dyslexie. Josette Giordan, co-auteure de la réédition des dictées muettes, affirme qu’en 50 ans, elle n’a pas eu un seul cas de dyslexie dans sa classe ! (1)

Loin de moi l’idée de changer les choix de Montessori ! Il me semble par contre toujours très intéressant de s’inspirer de ses idées.

On pourrait très bien avoir dans nos classes Jean qui Rit des ateliers de travail individuel de dictées muettes, adaptées à la Pédagogie Jean qui Rit et selon la progression des sons étudiés, en complément de la dictée sans crayon. Chez Jean qui Rit, l’apprentissage de l’écriture se fait en même temps que celui de la lecture, ce qui implique des choix pour échelonner les difficultés.

On peut aussi envisager d’utiliser les dictées muettes de Hélène Lubienska telles qu’elles sont, mais avec des enfants déjà avancés en lecture, cet exercice pouvant être une aide à la mémorisation de l’orthographe des mots.

A aucun moment, cet exercice des dictées muettes n’est utilisé chez Montessori comme moyen de mémorisation de « mots outils » tels qu’on les présente en méthode globale: l’enfant aidé par l’image placerait les lettres par cœur, sans faire le lien avec les phonèmes. Le mot serait alors représenté comme une image, or le Dr Wettstein Badour nous rappelle que la graphie du « mot ne peut être assimilé à une image par le cerveau ».(2)

Le développement d’Internet permet aussi de faire partager de nombreuses et belles idées, mais il faut rester vigilant quant aux termes employés: la dictée muette, c’est un terme qui désigne l’exercice créé par Hélène Lubienska. Certaines personnes changent les mots pour des mots plus récents, en gardant la manière d’agir originelle, ce qui est acceptable, d’autres nomment ‘dictée muette’ des exercices qui n’ont à voir que de très loin, comme des dictées à trous ou des recherches de syllabes. Ne dénaturons pas l’œuvre de Hélène Lubienska!

Dans un prochain article, nous vous proposerons quelques exemples de dictées muettes adaptées à la Pédagogie Jean qui Rit.


(1) Livret pédagogique des Dictées Muettes – Editions OPPA-Montessori, janvier 2011

(2) Préface du livret pédagogique des Dictées Muettes – Editions OPPA-Montessori, janvier 2011.

Le Dr Wettstein-Badour (1939-2010) auteur de « la recherche médicale au secours de la pédagogie » (1993)  et autres publications très intéressantes à voir ici.


Pour aller plus loin:

Quelques expériences de dictées muettes très intéressantes à partager:

http://www.grainesdelivres.fr/2015/12/22/des-supports-pour-les-dictees-muettes/

http://id2profs.blogspot.fr/search/label/dict%C3%A9e%20muette

http://crapouillot-montessori.blogspot.fr/2016/04/dictees-muettes.html

http://journalmontessori.blogspot.fr/2017/03/les-dictees-muettes.html


photo lettres rugueuses: au petit monde de lisa. blogspot

photo dictée muette Montessori : maternelle and co.canalblog