relais collaboration

Petite réflexion personnelle, demandant votre avis, en ce début d’année…

Il est connu de tous que certains enfants maîtrisent peu voire pas du tout la lecture en fin de CP, et parfois même en fin de CE 1 ou 2, ou même, pour certains, à l’entrée du collège! C’est à ces enfants-là que nous nous intéressons particulièrement, c’est à eux en priorité que devrait s’adresser l’aide aux devoirs.

Un enfant qui apprend avec la Pédagogie Jean qui Rit n’est jamais en contradiction avec l’apprentissage qu’il fait à l’école. Ce n’est pas un obstacle, il n’y a pas de ‘doublon’, de double-emploi avec ce qui est fait à l’école, c’est un plus qui va lui permettre de ‘démarrer’ dans la lecture.

C’est la même chose avec un enfant de maternelle qui est demandeur pour lire: la Pédagogie Jean qui Rit apporte un plus, qui en aucun cas ne porte préjudice au travail de la classe.

On retiendra que si savoir lire est la clé de la scolarité, l’apprentissage de la lecture n’est pas un monopole…

En soutien scolaire, les conditions et le cadre sont différents de la classe : les enfants sont beaucoup moins nombreux, parfois seul. Le professeur, lui, n’a pas forcément pu donner tout le temps nécessaire à un enfant qui cumule parfois d’autres soucis, sociaux ou familiaux.

Par contre, il est un peu dommageable qu’une relation de complémentarité, de cordialité ne soit pas toujours de mise avec les autres intervenants éventuels. J’en veux pour preuve la façon dont je me suis fait éconduire le jour où j’ai accompagné la maman d’un petit à qui je terminais d’apprendre à lire pour rencontrer l’enseignante : « Dehors, sortez de mon école, vous n’êtes rien, sortez ! » (ce sont les termes exacts.)  On peut trouver mieux comme rencontre ! ceci en présence de l’enfant qui en fut bouleversé… Quel sens cela peut-il avoir pour cet enfant, que de voir la personne qui lui a appris à lire traitée de la sorte par son enseignant? Et vous, Mesdames et Messieurs les professeurs des Écoles, qu’en pensez-vous? Quel genre de relations souhaitez-vous? Quelle collaboration pourrions-nous mettre en place?